Pills

Les inhibiteurs de la 5 Alpha Réductase dans le traitement de l’adénome prostatique

Les deux molécules, Dutastéride (Avodart) et Finastéride (Chibro Proscar) permettent une réduction du volume de la prostate mais elles sont relativement lentes à manifester leurs effets et elles ne soulagent pas la gêne mictionelle de façon aussi efficace que les alpha bloquants.

Les inhibiteurs de la 5 alpha réductase agissent en modifiant le climat hormonal de la prostate. Plus précisement, ces molécules bloquent l’action d’une enzyme, la 5 alpha réductase, qui dégrade l’hormone mâle, la testostérone, en dihydrotestostérone (DHT) .

Cela aboutit à une baisse des taux de DHT dans la prostate. Or la DHT est un élément important à l’origine des processus d’hypertrophie de la prostate. Donc ces molécules permettent une diminution de volume de la prostate.

C’est la même action hormonale qui permet également aux inhibiteurs de la 5 alpha réductase de stopper la chute des cheveux.

Théoriquement, Dutastéride est plus puissant que Finastéride car il bloque les deux types d’iso-enzymes de la 5 alpha réductase. alors que le Finastéride ne bloque qu’un seul d’entre eux. Cependant les études cliniques qui les ont comparés n’ont pas mis en évidence de différence significative dans leur efficacité.

Le traitement de l’adénome de la prostate (HBP) est classiquement réservé aux hommes qui ont une gêne mictionelle. Cependant des études se sont intéressées de savoir si des hommes asymptotiques, ayant de grosses prostates pouvaient éviter l’apparition future des symptômes en se traitant avec des inhibiteurs de la 5 alpha réductase.

En 2013, des chercheurs canadiens ont rapporté que le Dutastéride permettait effectivement cela. Analysant les données recueillies  dans un essai de prévention du cancer de la prostate, les chercheurs ont démontré que sur une période de 4 ans , des troubles mictionnels en relation avec l’HBP apparaissaient chez 21% des hommes traités par Dutastéride contre 36% chez ceux qui avaient pris un placebo.

Dutastéride et Finastéride font baisser le taux de PSA d’environs 50%. C’est pour cette raison qu’il est souhaitable de connaitre le taux de PSA avant de commencer un traitement par un inhibiteur de la 5 alpha réductase, et de contrôler ce taux après 6 mois puis un an de traitement pour apprécier les différences. Si le taux de PSA n’a pas baissé dans les proportions attendues de 50% ou s’il est encore plus élevé après l’initiation d’un traitement par Dutastéride ou Finastéride, une biopsie de la prostate peut être indiquée pour rechercher un cancer.

 

Finastéride et Dutastéride peuvent avoir un effet négatif sur la fonction sexuelle, et notamment sur la libido, sur la capacité d’obtenir une érection, ainsi que sur le volume de l’éjaculat.

Dans les études cliniques, seuls un faible pourcentage d’hommes sont affectés par ces effets sexuels – moins de 10% -. En pratique courante, ces effets sexuels semblent plus fréquents, de l’ordre d’un tiers des patients traités. Une étude récente, randomisée en double aveugle contre placebo , menée sur plus de 2700 hommes, a confirmé cette donnée: comparé à la molécule alpha bloquant Doxazosine, le Finastéride était corrélé avec un risque plus élevé  de survenue d’une éjaculation rétrograde et de difficultés à obtenir une érection.

Les patients traités par les inhibiteurs de la 5 alpha réductase doivent être prévenus des effets sexuels indésirables possibles avec ce traitement, notamment la baisse de la qualité du sperme pouvant être source d’infertilité et la dysfonction érectile. Ces deux effets sont réversibles à l’arrêt du traitement. La libido peut également être abaissée et cet effet peut se poursuivre après l’arrêt du traitement.

Dans une revue de la littérature publiée en 2014, les chercheurs ont relevé que les inhibiteurs de la 5 alpha réductase pouvaient soulager des symptômes en relation avec le bas appareil urinaire et aider à prévenir les risques aigus  infectieux ou de rétention vésicale complète chez des patients qui prenaient ce traitement pour une HBP.

Mais ces auteurs ont souligné que ces bénéfices s’accompagnaient d’un risque accru d’effets secondaires nocifs, incluant un risque plus élevé de développer un cancer de prostate agressif, des problèmes cardio-vasculaires, une dysfonction érectile et des problèmes de dépression. Les auteurs concluaient qu’il était possible que les avantages de traiter l’HBP par les inhibiteurs de la 5 alpha réductase soient contre balancés par leurs effets nocifs.

 

 

CANCERS ET INHIBITEURS DE LA 5 ALPHA RÉDUCTASE

Les inhibiteurs de la 5 alpha réductase ont également été étudiés sous l’angle de la prévention de l’apparition d’un cancer de la prostate. Deux études distinctes ont montré que Dutastéride et Finastéride abaissaient le risque global de développer un cancer de la prostate de  l’ordre de 25% . Mais le problème – et il est d’importance – est que la prise de ces deux médicaments a également été corrélée avec une faible augmentation – mais cependant statistiquement significative- du risque d’apparition d’un cancer agressif de haut grade.

La mise à jour de 2013 de l’étude sur le Finastéride, où la période de suivi était plus prolongée, a confirmé que ce médicament réduisait le risque global d’apparition d’un cancer de la prostate de 30%. Mais il y a également eu une confirmation des données initiales selon lesquelles les hommes traités par le Finastéride avaient un risque accru d’apparition d’un cancer agressif de haut grade (3,5% dans le groupe des patients traités par le Finastéride contre 3% dans le groupe des patients recevant un placebo).

De plus cette mise a jour a montré que les hommes qui ont développé un cancer de prostate de haut grade après prise de finastéride avaient une moindre survie spécifique à 10 ans (66% dans le groupe finastéride contre 74% dans le groupe des patients traités par placebo)

 

Quelques éléments bibliographiques

Carrasquillo RJ, Nealy SW, Wang DS. 5-Alpha-Reductase Inhibitors in Diseases of the Prostate. Current Opinion in Endocrinol- ogy, Diabetes and Obesity 2014; Electronic publication ahead of print. PMID: 25268733.

Fwu CW, Eggers PW, Kirkali Z, et al. Change in Sexual Function in Men with Lower Urinary Tract Symptoms/Benign Prostatic Hyperplasia Associated with Long-Term Treatment with Doxazosin, Finasteride, and Combined Therapy. Journal of Urology 2014;191(16):1828–34. PMID: 24342143.

Lin WL, Hsieh YW, Lin CL, et al. A Popu- lation-Based Nested Case-Control Study: The Use of 5-Alpha-Reductase Inhibitors and the Increased Risk of Osteoporosis Diagnosis in Patients with Benign Prostate Hyperplasia. Clinical Endocrinology (Oxford) 2014; Electronic publication ahead of print. PMID: 25158777.

Nickel JC, Gilling P, Tammela TL, et al. Comparison of Dutasteride and Finasteride for Treating Benign Prostatic Hyperplasia: The Enlarged Prostate International Com- parator Study (EPICS). BJU International 2011;108:388–94. PMID: 21631695.

Toren P, Margel D, Kulkarni G, et al. Effect of Dutasteride on Clinical Progression of Benign Prostatic Hyperplasia in Asymp- tomatic Men with Enlarged Prostate: A Post Hoc Analysis of the REDUCE Study. BMJ 2013;346:f2109. PMID: 23587564.

Traish AM, Mulgaonkar A, Giordano N, et al. The Dark Side of 5α-Reductase Inhibitors’ Therapy: Sexual Dysfunction, High Gleason Grade Prostate Cancer and Depression. Korean Journal of Urology 2014;55(6):367– 79. PMID: 24955220.

Andriole GL, Bostwick DG, Brawley OW, et al. Effect of dutasteride on the risk of prostate cancer. New England Journal of Medicine 2010;362:1192-202 PMID: 20357281

Thompson IM Jr, Goodman PJ, Tangen CM, et al. Long-term Survival of Participants in the Prostate Cancer Prevention Trial. New England Journal of Medicine 2013;369: 603-10. PMID: 23944298.