Anatomie de la Prostate

Glossaire médical du cancer de la prostate

Ce glossaire permet aux lecteurs sans nécessaires connaissances médicales préalables de comprendre des termes médicaux indispensables à la lecture d’articles relatifs à cette maladie.

 

Biopsie

On appelle ainsi le prélèvement pour examens médicaux (analyse histopathologique)  de fragments d’organes ou de tissus. Elle est souvent réalisée sous anesthésie locale ou générale.

Dysfonction érectile

Ce trouble qui affecte la vie sexuelle désigne des difficultés à obtenir ou à maintenir une érection.

Ganglions lymphatiques

Ces organes présents sur le trajet de la lymphe (dont les cellules, comme les globules blancs ou les leucocytes, jouent dans la défense de l’organisme) produisent des anticorps dans le sang. Leur taille peut augmenter significativement en cas de cancer ou d’infection.

Vésicules séminales
Ces deux glandes débouchent dans la prostate pour se relier aux canaux permettant aux spermatozoïdes de sortir des testicules pour la rejoindre.

Hormones

Ces molécules sont sécrétées par des glandes du système endocrinien et surtout distribuées par le sang. Elles transmettent des messages chimiques dont l’action sur l’organe cible inhibe ou stimule une de ses fonctions.

Métastases cancéreuses

Il s’agit de la dissémination via la circulation sanguine ou lymphatique de cellules cancéreuses dans des organes autres que celui initialement atteint.

Prostate

Cette glande de l’appareil génital masculin située sous la vessie permet la sécrétion et le stockage d’une partie du sperme. Pour sortir de la vessie, l’urine doit passer à travers elle. Son cancer est aussi appelé « carcinome prostatique ».

Prostatectomie

Cette opération désigne une ablation de la prostate et des glandes séminales. On distingue 3 modes opératoires possibles :

– Par voie abdominale avec ouverture de l’abdomen

Cette technique est la plus utilisée car la plus ancienne.

– Par voie périnéale

Cette opération démarre par une incision entre l’anus et les testicules. Assez délicate, elle est très peu pratiquée actuellement car génératrice d’importantes séquelles urinaires et sexuelles

– Par cœlioscopie idéalement assistée par le robot DA VINCI

Cette méthode consiste à accéder à la partie à opérer sans ouverture de l’abdomen. Elle permet de réduire les effets secondaires sur les fonctions urinaires ou érectiles, les temps de séjour hospitalier, les douleurs post opératoires ou les temps de convalescence. La robotisation permet une précision inégalée du geste opératoire.

PSA

Cette protéine est sécrétée par les cellules prostatiques. Le PSA, antigène spécifique prostatique, est comme l’indique son nom, très spécifique de la prostate, et non du cancer de la prostate. L’analyse par un urologue du taux de PSA et de toutes ses déclinaisons est cependant d’une aide importante pour le diagnostic précoce du cancer de la prostate. Le PSA doit être constamment suivi au cours des traitements de ce cancer.

Radiothérapie ciblée

Cette technique permet d’irradier les tissus avec des rayons X sur un rayonnement situé sur une large gamme d’énergie afin d’en détruire les cellules cancéreuses. On utilise deux techniques minimisant les dommages occasionnés aux tissus voisins :
La proton thérapie envoie plutôt un faisceau de protons pour détruire les tumeurs à la surface comme en profondeur sans endommager les tissus voisins.
La curie thérapie consiste à placer des éléments radioactifs au voisinage de la tumeur. Elle permet donc de l’irradier à forte dose et de façon ciblée afin de minimiser l’irradiation des organes de voisinage.

Rétention ou Incontinence urinaires

– La rétention urinaire désigne l’impossibilité de vidanger correctement la vessie qui est le réservoir qui stocke l’urine dans l’intervalle des mictions. La rétention vésicale complète traduit l’impossibilité douloureuse d’uriner.

La dysurie désigne la difficulté à uriner normalement.

– L’incontinence urinaire désigne la difficulté à contrôler ou les pertes involontaires des urines.

Score de Gleason

Cet indicateur permet de mesurer le degré d’agressivité des cancers de prostate. L’analyse au microscope des tissus de prostate prélevés par biopsie ou de la prostate entière retirée chirurgicalement révèle l’existence de cellules ressemblant plus ou moins aux cellules saines. Le score de GLEASON est  rarement inférieur à 6. Les cancers de prostate GLEASON 6 sont réputés peu agressif. Les GLEASON 7 ont une agressivité intermédiaire et  au dessus jusqu’à à 10 il s’agit de tumeurs très agressives.

Testostérone

Cette hormone sécrétée au niveau des testicules et des glandes surrénales stimule le développement des organes génitaux masculins. Des taux trop faibles peuvent occasionner des troubles psychologiques ou physiques et des taux élevés peuvent présenter des effets dopants.

Toucher Rectal
Il permet, par introduction de l’index ganté du médecin dans l’anus du patient, d’examiner cliniquement sa prostate qui est située juste en avant de la paroi antérieure du rectum.