Radiothérapie de rattrapage après échec de la prostatectomie

Radiothérapie de rattrapage après échec de la prostatectomie

Par le docteur Elie HADDAD

Oncologue Radiothérapeuthe – Centre HARTMANN

Le cancer de la prostate est le plus fréquent des cancers de l’homme de plus de 50 ans avec en France 70 000 cas et 9 000 décès par an.

Ses traitements incluent la radiothérapie externe, la curiethérapie , l’ablatherm ou la surveillance active, mais l’ablation de la prostate demeure celui le plus fréquemment proposé.

Après la chirurgie , une radiothérapie dite adjuvante ou de rattrapage  peut être proposée.

La radiothérapie adjuvante correspond au traitement de principe après la chirurgie pour prévenir la récidive en cas de présence de facteurs de risques.

Trois études internationales ont démontré que la radiothérapie adjuvante diminue le risque de récidive à 5 ans et à 10 ans ; elle est proposée en cas d’atteinte des vésicules séminales, en cas de dépassement de la capsule, avec une marge chirurgicale envahie ou en cas d’atteinte ganglionnaire pelvienne.

 

La radiothérapie de rattrapage

En cas de hausse du PSA après chirurgie, l’objectif de la radiothérapie est de détruire les cellules tumorales persistant dans la zone opérée.

Une condition principale de la réussite est de commencer le traitement le plus tôt possible, or pour des valeurs de PSA faibles de moins de 1 ng il est peu probable que les examens radiologiques retrouvent le siège précis de la récidive.

On se base alors sur des facteurs prédictifs de récidive locale :

  • Un PSA qui revient à 0 en post-opératoire avant de remonter
  • Un délai long de plus d’un an avant la récidive
  • Une cinétique lente
  • Une marge chirurgicale envahie ou un T3.
Facteurs predictifs de recidive locale radiotherapie

 

La dose délivrée est de 66 Gy sur un volume adapté par rapport au résultat histologique de la prostatectomie. Il comprend habituellement le lit prostatique opératoire+/- les aires ganglionnaires en fonction du curage.

Il est préférable de mettre en route le traitement une fois la continence acquise.

Les effets secondaires sont minimes : mictions fréquentes et impérieuses, irritation anale, risque d’aggravation de l’incontinence de l’ordre de 3%.

 

Conditions de réussites de la radiothérapie de rattrapage

A quel moment faut il démarrer le traitement par la radiothérapie après la chirurgie ?

En cas d’échec biologique de la prostatectomie, et si possible avant que le taux de PSA n’atteigne 0,5 ng/ ml, le GUROC (Genito-Urinary Radiation Oncologists of Canada) recommande d’envisager un traitement par radiothérapie de rattrapage aussi précocement que possible.

L’ASTRO (American Society for Radiation Oncology) recommande de le démarrer avant que le PSA soit supérieur à 1,5 ng/ml.

En France, il est admis qu’un taux  du PSA à 0.2 ng/ml correspond au seuil à partir duquel on peut déclencher une radiothérapie de rattrapage.

 

Radiothérapie adjuvante ou radiothérapie de rattrapage ?

Une certaine efficacité de la radiothérapie systématique postopératoire (« adjuvante ») a pu être démontrée : elle augmente les taux de survie sans récidive à 5 et 10 ans et retarde l’apparition de métastases.

Cependant, ses effets secondaires et le niveau de risque limité d’échec de la prostatectomie conduisent à en réserver l’indication aux seuls patients à haut risque. Parmi ceux-ci, citons ceux présentant une extension extra-capsulaire, une tranche de section chirurgicale envahie, l’envahissement d’une vésicule séminale.

Pour les autres patients,  on préconise une surveillance rapprochée et, dès l’apparition de niveaux de PSA supérieurs à 0,2 ng/ml , une possible radiothérapie de rattrapage, notamment en fonction de l’âge du patient, de tous ses facteurs de risques ainsi que de ses désidératas.

 

La radiothérapie reste le seul traitement curatif après échec d’une prostatectomie.

Ce n’est qu’en cas de nouvelle récidive ou pour des patients de plus mauvais pronostic que d’autres traitements tels que l’hormonothérapie pourraient être envisagés.

 

Quelques éléments bibliographiques

Options de traitements liés à la prostatectomie

https://orbi.ulg.ac.be/bitstream/2268/165472/1/INDICATIONS%20D%E2%80%99UN%20TRAITEMENT%20DE%20RADIOTHERAPIE%20LOCALE%20APRES%20PROSTATECTOMIE%20RADICALE.pdf

http://www.afcorfmc.org/documents/TOPOS/2013/PRINTEMPS_AFCOR_2013/toledano_RTE%20rattrapage.pdf

 

Efficacité de la radiothérapie de rattrapage

http://urofrance.org/science-et-recherche/base-bibliographique/article/html/radiotherapie-chez-les-patients-a-haut-risque-apres-prostatectomie-radicale-postoperatoire-ou.html

http://urofrance.org/nc/science-et-recherche/base-bibliographique/article/html/resultats-de-la-radiotherapie-de-rattrapage-pour-recidive-biologique-apres-prostatectomie-radica.html

https://orbi.ulg.ac.be/bitstream/2268/165472/1/INDICATIONS%20D%E2%80%99UN%20TRAITEMENT%20DE%20RADIOTHERAPIE%20LOCALE%20APRES%20PROSTATECTOMIE%20RADICALE.pdf

En anglais :

http://www.medscape.com/viewarticle/849319

 

Conditions de réussites de la radiothérapie de rattrapage

En français :

http://www.edimark.fr/Front/frontpost/getfiles/19298.pdf

http://www.em-consulte.com/article/220903/radiotherapie-de-rattrapage-pour-recidive-biochimi

http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01089960/document

En anglais :

https://www.auanet.org/education/guidelines/radiation-after-prostatectomy.cfm

http://journals.lww.com/amjclinicaloncology/Abstract/publishahead/Long_term_Outcome_of_Prostate_Cancer_Patients_Who.99134.aspx

 

Choix thérapeutiques

http://urofrance.org/science-et-recherche/base-bibliographique/article/html/cancer-de-la-prostate-partie-2.html

http://www.arcagy.org/infocancer/localisations/cancers-masculins/cancer-prostate/traitements/la-radiotherapie.html

http://urofrance.org/nc/publications-livres/publications-scientifiques/resultats-de-la-recherche/html/les-marges-chirurgicales-dans-le-cancer-de-la-prostate-ccafu-revue-de-la-litterature.html