Cancer de la prostate - taux de survie

Cancer de la prostate : les traitements substitutifs à base de testostérone seraient sans risque

Les hommes atteints d’un cancer de la prostate et souffrant d’une insuffisance androgénique pourraient prendre sans risque des hormones mâles pour compenser l’insuffisance de leur production naturelle en relation avec cette dysfonction. Si on en croit une étude récente, les hommes souffrant d’hypogonadisme et qui ont été traités pour un cancer de la prostate ou qui sont sous surveillance active peuvent recevoir une thérapie substitutive (en remplacement) de la testostérone (TRT) en toute sécurité.

L’hypogonadisme masculin désigne une insuffisance de fonctionnement des testicules, les gonades mâles, résultant d’une perte de leur fonction. Ces gonades produisent les hormones masculine ( la testostérone et ses dérivés) et les spermatozoïdes (les gamètes masculines). Pour y remédier, il existe plusieurs options et notamment les traitements de remplacement de la testostérone (TRT).

Ces traitements sont utiles pour améliorer la santé des patients et leur bien-être. Ils nécessitent toutefois une surveillance rapprochée pour confirmer qu’ils sont efficaces et pour éviter leurs effets indésirables sur la prostate, en raison de la relation entre le cancer de la prostate et l’activation du récepteur des androgènes. L’étude a inclus 82 hommes hypogonadiques présentant par ailleurs un cancer de la prostate. Les patients étaient âgés en moyenne de 75,5 ans. Le suivi moyen au cours de cette étude s’est prolongé pendant 41 mois. Tous les patients ont bénéficié de la TRT. Les médecins n’ont pas constaté d’évolution défavorable du cancer de la prostate. Par contre ont été notées des améliorations significatives de la fonction érectile de ces hommes, du désir sexuel et de leur qualité de la vie. Les résultats de cette étude soutiennent l’hypothèse que la TRT est efficace et sûre chez ce type de patients. Ils ont été publiés dans le Journal of Urology.