african-american

La résistance des Afro-américains face au cancer de la prostate

Les dernières informations diffusées lors du congrès Asco (le Congrès mondial sur le cancer qui s’est tenu à Chicago) a mis en exergue les disparités ethniques dans le cancer de la prostate entre les Afro-américains et les populations à peau blanche (dits de type caucasien)

Deux études présentées lors de l’Asco ont souligné les différences observées dans le cancer de la prostate entre les Afro-américains et les hommes de type caucasien. L’étude du Dr Susan Halabi de l’Université Duke à Dunham (Caroline du Nord) a analysé les résultats de neuf études différentes portant sur plus de 7.000 personnes blanches et 500 Afro-américains, tous atteints d’un cancer avancé de la prostate.

Nous savions que les hommes de type afro-américain étaient non seulement plus susceptibles d’avoir un cancer de la prostate que les hommes à peaux blanches, avec un diagnostic souvent posé plus tardivement pour le groupe afro-américain. Leur mortalité était supposée plus élevée. Or, les chercheurs ayant collaboré à ces études ont eu une conclusion diamétralement opposée, l’analyse des données mettant en évidence le fait que les hommes afro-américains ont un risque de décès inférieur (19%) à celui des hommes Caucasiens.

Des causes génétiques à l’origine d’une plus forte résistance?

Pour la spécialiste: « il est possible que les Afro-américains qui participent aux essais soient en meilleure santé que les Caucasiens ou aussi qu’ils répondent mieux aux traitements ».

Un avis confirmé par la seconde étude, Abirace, menée par le Dr Daniel George, exerçant également au Duke. Les travaux du Dr George ont consisté à comparer l’impact d’un médicament anti-cancer de la prostate (Zytiga) à la prednisone chez 50 hommes noirs et 50 blancs, tous porteurs de formes invasives . Là encore, une meilleure efficacité a été retrouvée dans le groupe des Afro-américains. « L’explication réside sans doute dans des causes génétiques qu’il faudra mettre en évidence », a commenté le Dr George.

Les chercheurs appellent à plus d’essais incluant les minorités ethniques. Il s’avère selon les données recueillies par Susan Halabin que les sujets afro-américains représentent seulement 12% des effectifs des essais nationaux menés aux USA et moins de 5% dans ceux menés par les laboratoires.