hygiène de vie & risques de cancer de la prostate

Hygiène de vie et risques de contracter un cancer de la prostate

L’EAU (European Association of Urology) a passé en revue les résultats de diverses études visant à analyser l’impact d’une bonne hygiène de vie sur le risque de contracter un cancer de la prostate, voici les points à retenir:

Le tabac, 1 facteur de risque évitable? la sévérité plus que l’incidence

  • Les données concernant la corrélationentre tabagisme et incidence globale du cancer de la prostate sont contradictoires :
    • 10 des 18 études de cohortes publiées ces 10 dernières années ont conclu à un risque de diagnostic réduit chez les fumeurs,
    • 7 des 9 études cas-témoins montrent un risque de cancer de la prostate accru en cas de tabagisme.
    • Ces divergences peuvent être dues aux méthodologies appliquées qui diffèrent en fonction des études. Il semblerait que l’époque à laquelle les études ont été conduites influe sur les résultats.
  • Les données concernant le stade tumoral, le pronostic et la mortalité sont plus robustes : ainsi, la plupart des études ont démontré un lien entre tabagisme et pronostic de la maladie (mortalité, développement de métastases, récidive, tumeur hormonorésistante…). La plupart de ces associations semble maintenue durant les 10 années suivant l’arrêt du tabac. L’association entre tabagisme et risque de décès lié au cancer est forte particulièrement chez les « gros » fumeurs.
  • Le risque de récidive du cancer de la prostate est augmenté chez les sujets fumeurs traités par prostatectomie radicale ou par radiothérapie, par rapport aux non-fumeurs. Ce sur-risque se maintient sur les 10 années suivant l’arrêt du tabac.

L’activité Sexuelle du patient : trop peu d’études

  • Un nombre modeste d’études sur l’activité sexuelle des patients en pre-cancer ne permet pas de tirer des conclusions formelles sur le sujet, qu’il s’agisse de l’activité sexuelle proprement dite (fréquence d’éjaculation, orientation sexuelle, nombre de partenaires) ou des infections sexuellement transmissibles (HPV et Neisseria gonorrhoeae).
  • Selon les études les plus récentes, la relation entre vasectomie et risque global de cancer de la prostate est faible, voire nulle, et son association avec un risque de tumeur localement avancée ou fatale apparaît inexistante.

La pratique d’une activité physique : à privilégier !

  • Si le nombre d’études dédiées est ici plus élevé, et qu’elles tendent à conclure que la pratique d’une activité physique régulière réduit de le risque de contracter un cancer de la prostate, ces conclusions sont remises en question par les publications les plus récentes.
  • Concernant le pronostic, la progression ou le risque de décès lié à la maladie, 6 études ont été conduites mais ont menées à des observations contradictoires. Sur la question de la tranche d’âge de la vie auquel cette activité pourrait être la plus bénéfique, aucune des études n’a pu arriver à une conclusion ferme.
  • Cette revue, qui n’a pas pris en compte l’activité physique professionnelle, souligne le rôle concomitant joué par l’exposition aux produits chimiques, l’alimentation ou le niveau socio-économique dans cette relation. Si les auteurs appellent de leurs vœux de nouvelles études de grande envergure sur le sujet, aux différents âges de la vie et sur le long terme, ils remarquent que face au bénéfice global de l’activité physique pour la santé, un mode de vie actif chez les hommes est fortement recommandé.

Bibliographie:

Brookman-May SD, Campi R, Henríquez JDS, Klatte T, Langenhuijsen JF, Brausi M, Linares-Espinós E, Volpe A, Marszalek M, Akdogan B, Roll C, Stief CG, Rodriguez-Faba O, Minervini A.
Latest Evidence on the Impact of Smoking, Sports, and Sexual Activity as Modifiable Lifestyle Risk Factors for Prostate Cancer Incidence, Recurrence, and Progression: A Systematic Review of the Literature by the European Association of Urology Section of Oncological Urology (ESOU). Eur Urol Focus. 2018 Mar 22 [Epub ahead of print]. doi: 10.1016/j.euf.2018.02.007. PMID: 29576530
https://www.univadis.fr/viewarticle/l-eau-fait-le-point-sur-l-association-entre-hygiene-de-vie-et-risque-de-cancer-de-la-prostate-594728