Notez cet article

Une nouvelle étude réalisée par des chercheurs allemands tend à démontrer que la radiothérapie ablative stéréotaxique peut ralentir le temps de doublement du taux de PSA pour les cancers de prostate hormono-résistants.

Cancer de prostate hormono-résistant : les traitements actuels

Aujourd’hui, différentes options sont disponibles pour le traitement du cancer de la prostate.

Le premier choix retenu est généralement la castration médicale ou chirurgicale. L’hormonothérapie par analogues de la LHRH est un choix fréquent. Mais celle-ci présente de nombreux effets secondaires qui peuvent gêner la qualité de vie des malades.

Par ailleurs, il arrive que l’hormonothérapie ne soit pas suffisante, et que le taux du marqueur PSA re augmente chez les patients, après avoir été traités. Le cancer réapparaît : on parle alors d’un cancer hormono-résistant (ou androgéno-indépendant). Cette réapparition peut entraîner des localisations secondaires (métastases).

Pour traiter le cancer de la prostate hormono-résistant, la prise en charge thérapeutique s’oriente généralement vers l’administration d’anti-androgènes, une chimiothérapie, une chirurgie ou encore une radiothérapie. Chez les malades porteurs de plusieurs métastases (ou encore cancer oligométastatique), de nouveaux traitements du cancer de la prostate sont à l’étude.

 

Radiothérapie stéréotaxique : définition

La radiothérapie (ablative) stéréotaxique est une technique de radiothérapie externe 3D réalisée sur des appareils particuliers, comme le CyberKnife, le Gamma Knife ou encore TomoTherapy.

Cette technique permet de délivrer de fortes doses d’irradiation, sur une plus courte période que pour la radiothérapie conventionnelle. Le traitement s’étale sur quelques jours contre plusieurs semaines pour la radiothérapie classique, permettant d’administrer des doses très focalisées, surtout lorsqu’elles sont couplées à un examen d’imagerie ou de médecine nucléaire capable de visualiser de façon très précise les tumeurs.

 

Radiothérapie stéréotaxique pour le cancer de prostate oligométastatique

Un nouvel essai clinique réalisé par des scientifiques allemands envisage la possibilité d’administrer une radiothérapie ablative stéréotaxique pour traiter ces cancers de prostate récidivants. Les premiers résultats révèlent l’efficacité d’un traitement très ciblé, rendu possible grâce à l’association du Prostascint scan, un examen de médecine nucléaire permettant de repérer de manière très précise les localisations secondaires.

L’équipe allemande a étudié les résultats des essais réalisés chez 15 patients entre 2013 et 2016. Ces patients étaient tous porteurs de métastases asymptomatiques du cancer de la prostate, bien visibles au ProstaScint scan.

Le traitement de radiothérapie ablative stéréotaxique s’est étalé :

  • sur trois jours (3 séances), permettant de délivrer 30 Gy ;
  • sur cinq semaines (25 séances), permettant de délivrer 50 Gy.

Cette radiothérapie a été concomitante à la poursuite d’un traitement anti-androgénique.

Le but était de comparer chez ces malades l’évolution du temps de doublement du taux de PSA+2, c’est à dire : nadir du PSA augmenté de 2 ng/ml, comparativement aux patients n’ayant pas bénéficié de radiothérapie ablative stéréotaxique dans le cadre du traitement du cancer de la prostate après ablation de la prostate.

 

Nouveaux traitements du cancer de la prostate : les premières constatations

Les premiers résultats sont encourageants puisqu’ils révèlent un taux de PSA+2 atteint en 18 mois pour les patients traités avec la radiothérapie ablative stéréotaxique, contre 3 mois pour les malades qui n’ont pas bénéficié de la radiothérapie stéréotaxique. La diminution du PSA était de 86 % chez les 11 patients ayant obtenu une réponse positive (données obtenues grâce aux courbes de Kaplan-Meyer). De plus, aucune progression du PSA n’a été révélée durant plus de 12 mois pour 6 malades.

D’autres études sont menées afin de découvrir le potentiel thérapeutique de la radiothérapie ablative stéréotaxique dans le cadre du traitement du cancer de la prostate après ablation de la prostate. Cette étude est la première à coupler l’utilisation du Prostascint scan pour l’identification précise des localisations secondaires.

L’étude indique donc que la radiothérapie ablative stéréotaxique administrée chez des patients atteints de cancer de prostate oligométastatique est peu toxique et réalisable. L’étendue des bénéfices fait actuellement l’objet d’essais prospectifs. Les recherches sont encore à étoffer afin de regrouper plus de données comparatives, notamment sur le taux de survie des patients porteurs d’un cancer de prostate oligométastatique, mais les premières constatations sont encourageantes puisqu’on note une bonne réponse et un ralentissement de la progression des cellules tumorales.

Références :