Cabinet : 31 Bis boulevard Suchet, 75016 , PARIS 01 45 27 06 29 bouton Doctolib
Les facteurs de risque non modifiables du cancer de la vessie

Le score de risque génétique dans l’arsenal de dépistage du cancer prostatique

Le choix de la méthode du dosage du PSA comme méthode de dépistage systématique du cancer de la prostate ne fait plus l’unanimité. Les recommandations préconisent un dépistage qui prendra en compte les facteurs de risque individuels. L’objectif étant de diminuer le risque de surdiagnostics/ surtraitements tout en identifiant les cas à haut risque pour lesquels un dépistage précoce réduirait la morbidité et la mortalité.

Les progrès de la génétique ont permis d’identifier des variants génétiques associés à un risque augmenté de cancer de la prostate. Ces développements, combinés à une meilleure accessibilité du génotypage, offrent l’opportunité d’ajuster le dépistage au risque génétique. Avec les récentes trouvailles de la recherche sur les polymorphismes nucléotidiques simples, des modèles polygéniques permettent d’estimer le risque génétique pour un patient de contracter la maladie concernée. Tout ces éléments contribuent à améliorer le processus décisionnel visant à dépister le cancer ainsi que l’âge auquel doit démarrer ce dépistage.

Un outil validé et efficace

Une équipe internationale de chercheurs vient de développer et de valider un outil pour prédire le risque et l’âge d’apparition d’un cancer de la prostate agressif. Les données utilisées pour le développement de l’outil ont été basées sur un groupe de plus de 31 000 patients et celles utilisées pour sa validation sur près de 6 500 patients.

Au total 54 polymorphismes nucléotidiques simples ont été retenus pour établir le score de risque. Ce score s’avère être un élément prédictif significatif de l’âge du diagnostic d’un cancer prostatique agressif.

Selon cet outil, le risque de cancer agressif au moment du diagnostic est presque 3 fois supérieur pour les hommes dont le score de risque polygénique est élevé (> 98ème percentile) par rapport à ceux dont le score est moyen (30ème à 70ème percentile). La prise en compte des antécédents familiaux dans un modèle combiné n’améliore pas la prédiction. Les auteurs précisent que la valeur prédictive du dosage du PSA pour un cancer agressif augmente avec le score de risque polygénique.

 

Source : Seibert TM et coll. – Polygenic hazard score to guide screening for aggressive prostate cancer: development and validation in large scale cohorts
BMJ 2018; 360: j5757