Les nouvelles approches thérapeutiques du cancer du rein métastatique
5 (100%) 1 vote[s]

Deux nouvelles études présentées à l’ASCO-GU évoquent la possibilité qu’une association d’une immunothérapie et d’une thérapie ciblée soit plus efficace pour lutter contre les cancers du rein avancés.

Ces premiers résultats ont été publiés début 2019 dans le New England Journal of Medicine et annoncés lors du congrès ASCO-GU 2019. Ces constats sont très prometteurs dans le cadre du traitement du cancer du rein métastatique.

 

Traitement du cancer du rein métastatique : les essais

Les deux études ont rapporté des résultats quasi similaires. Le premier essai clinique de phase III a démontré que l’association d’une immunothérapie par Avelumab et d’un traitement ciblé Axitinib pourrait bien devenir une norme dans les traitements du cancer du rein de stade avancé.

L’étude a concerné 886 patients atteints d’un cancer du rein. Près de la moitié ont bénéficié d’un traitement combinant une immunothérapie anti-PD-L1, l’Avelumab, et un traitement d’Axitinib. L’autre moitié a été traitée par un anti-VEGF de première génération, le Sunitinib (Sutent). Les premiers résultats sont encourageants puisqu’ils permettent de mettre en évidence une augmentation du taux de survie grâce à l’association de l’immunothérapie et de l’Axitinib (13,8 mois contre 7,2 mois chez les patients traités par l’anti-VEGF). De plus, on note une diminution de la progression du cancer du rein de stade avancé . Par ailleurs, les patients ayant reçu l’association de Avelumab et de Axitinib présentaient une diminution du volume de la tumeur, et avaient donc une meilleure réponse à ce traitement du cancer du rein métastatique qu’une monothérapie.

La deuxième étude a porté sur 861 patients. Comme pour le premier essai clinique, deux traitements ont été administrés aux patients : certains patients ont reçu une association d’immunothérapie anti-PD-L1 [Pembrolizumab] et d’Axitinib, d’autres ont uniquement bénéficié de Sunitinib. Ici encore, les résultats ont démontré que le taux de survie moyen était en augmentation chez les patients ayant reçu l’association de traitements (15,1 mois avec l’association contre 11,1 mois pour le Sunitinib). Par ailleurs, le cancer du rein de stade avancé ne connaissait pas de progression.

 

Vers de nouveaux traitements du cancer du rein de stade avancé

Le risque de décès est donc bien inférieur chez les patients traités avec une association de thérapies, et le risque de progression est inférieur par rapport à la monothérapie.

Cependant, ces combinaisons médicamenteuses sont encore au stade expérimental, et des recherches approfondies sont indispensables avant de pouvoir valider ces associations pour le traitement du cancer du rein métastatique. Il faudrait également pouvoir étudier ces effets et résultats sur le long terme, en suivant les patients plus longtemps. De nouvelles recherches sur l’immunothérapie permettraient également d’étudier avec précision l’impact de celle-ci sur les cellules cancéreuses du cancer du rein.

Les premières données sont toutefois encourageantes, puisqu’il existe une amélioration des chances de survie et une limitation de la progression de la tumeur de stade avancé.

 

Actuels traitements du cancer du rein métastatique

Pour mémoire, en présence d’un cancer du rein de stade avancé, les traitements de référence actuels reposent sur plusieurs options possibles : le traitement ciblé, la chirurgie, l’immunothérapie, l’embolisation artérielle, l’ablation, la radiothérapie et la surveillance active.

L’option la plus fréquemment retenue est le traitement ciblé. La prise en charge consiste alors à administrer des médicaments de façon à cibler des molécules spécifiques des cellules cancéreuses afin de ralentir leur croissance et leur propagation. Dans le cadre de la prise en charge du cancer du rein métastatique, ces médicaments ciblent particulièrement le facteur de croissance de l’endothélium vasculaire (VEGF). Les médicaments anti-VEGF utilisés sont : Sunitinib (Sutent), Pazopanib (Votrient), Sorafenib (Nexavar), Cabozantinib (Cabometyx) et Axitinib (Inlyta). Le Sunitinib est le médicament qui se révèle être le plus retenu en raison de son efficacité.

Si ces nouvelles approches thérapeutiques s’avèrent bénéfiques sur des études à long terme, il se pourrait que ces combinaisons de traitements deviennent rapidement les nouvelles normes dans le cadre du traitement du cancer du rein de stade avancé.

 

Sources :

1) L’immunothérapie combinée et la thérapie ciblée dans le cancer du rein avancé — une nouvelle norme de soins ? https://touchoncology.com/insight/combined-immunotherapy-and-targeted-therapy-in-advanced-kidney-cancer-a-new-standard-of-care/

2) Avelumab + Axitinib vs Sunitinib pour le carcinome rénal de stade avancé. The New England Journal of Medicine. https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa1816047?query=featured_home

3) Pembrolizumab + Axitinib vs Sunitinib pour le carcinome rénal de stade avancé. The New England Journal of Medicine. https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa1816714?query=recirc_curatedRelated_article