Les nouvelles thérapies disponibles dans l’hyperplasie bénigne de la prostate
5 (100%) 1 vote[s]

L’hyperplasie bénigne de la prostate — aussi connue sous le nom d’adénome de prostate ou hypertrophie bénigne — est une augmentation du volume de la prostate qui, même en l’absence de caractère malin, peut être handicapante pour les patients. La prostate augmentée de taille peut comprimer l’urètre et faire pression sur la vessie, ce qui engendre des problèmes urinaires chez 50 % des patients qui en sont porteurs.

L’hyperplasie bénigne de la prostate est une pathologie courante chez les hommes âgés. Ses possibilités thérapeutiques sont en constante évolution afin de proposer des traitements plus adaptés, moins invasifs et avec le moins d’effets secondaires possible. Les traitements médicamenteux permettent d’améliorer la symptomatologie lorsque l’hyperplasie est à un stade encore précoce. Cependant, la prise en charge chirurgicale ou d’autres techniques alternatives sont à envisager lorsque les symptômes deviennent gênants.

 

Traitement de l’adénome de la prostate par chirurgie

S’il était courant de réaliser une chirurgie ouverte (chirurgie classique), les techniques évoluent aujourd’hui et la plupart des interventions sont réalisées par endoscopie au laser, qui offre un meilleur confort pour le patient et des suites opératoires plus simples.

Les risques sont en diminution avec ce type de chirurgie, puisque cette évolution a permis de faire baisser le taux de mortalité lié aux chirurgies. Mais un traitement par chirurgie, même au laser, peut engendrer des effets secondaires sexuels persistants, comme des troubles de l’érection, de l’éjaculation ou de l’orgasme.

Afin de limiter ces risques, de nouvelles techniques chirurgicales sont explorées pour évaluer les bénéfices. On peut par exemple citer la chirurgie partielle. Cependant, les résultats ne sont pas garantis à 100 % (c’est-à-dire qu’on ne peut pas assurer à 100 % l’absence de troubles sexuels). De plus, ces techniques doivent faire l’objet d’une concertation, et ne sont pas adaptées à tous les patients.

 

Nouveaux traitements de l’hyperplasie bénigne de la prostate

Beaucoup de traitements alternatifs à la chirurgie ont été évoqués, sans véritables résultats probants. Aujourd’hui, une solution efficace et validée par la HAS consiste à poser des implants UroLift® intraprostatiques. Chez les patients qui ont bénéficié de cette intervention, 80 % d’entre eux sont satisfaits et constatent une amélioration de la symptomatologie au bout d’un an de suivi postopératoire. Ici encore, cette intervention ne peut pas être effectuée chez tous les patients, puisqu’il faut répondre à des critères précis pour être éligible : être âgé de plus de 50 ans, sans antécédent de chirurgie prostatique, sans antécédent d’infection urinaire, et avoir une prostate d’un volume inférieur à 80 mL, sans atteinte du lobe médian.

 

La technique Rezum comme traitement de l’adénome de la prostate

Des techniques supplémentaires sont en cours d’étude pour obtenir un meilleur rapport bénéfices/risques. Parmi elles, la technique Rezum annonce des premiers résultats très encourageants. Les résultats de 3 ans d’essai comparatif randomisé de la technique Rezum mettent en évidence une amélioration significative des symptômes et de la qualité de vie des patients traités. Par ailleurs, le soulagement de la symptomatologie serait rapide et durable. Ces premiers résultats intègrent un suivi des patients pendant trois ans.

La technique Rezum est une thérapie thermique par radiofréquence convective à effraction minimale. Cette intervention peut être réalisée en ambulatoire ou au cabinet du médecin urologue. Elle provoque peu d’effets secondaires et soulage efficacement les symptômes liés à l’hyperplasie bénigne de la prostate. Les patients notent également un maintien de la fonction sexuelle.

La technique Rezum présente de nombreux avantages puisqu’elle pourrait être proposée à plus de patients, selon moins de critères sélectifs. Ainsi, elle est capable de traiter également le lobe médian et le tissu de la zone centrale hyperplasique. Durant l’essai, aucun effet secondaire à distance n’a été rapporté, ni aucun dysfonctionnement de la fonction érectile.

Ce nouveau traitement de l’hyperplasie bénigne de prostate doit encore être étudié et validé par les autorités de santé avant de pouvoir être proposé aux patients. Voilà qui offre de belles perspectives dans l’amélioration des traitements de l’adénome de la prostate et de ses symptômes urinaires et sexuels.

 

Sources :

1) Les nouveaux traitements de l’hyperplasie bénigne de la prostate :

https://www.urologie-sante.fr/base-bibliographique/les-nouvelles-therapies-disponibles-dans-lhyperplasie-benigne-de-la-prostate

2) Les premiers résultats sur 3 ans de l’essai randomisé Rezum comme traitement de l’adénome de la prostate : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29122620