Biopsie prostate

Une nouvelle technique d’imagerie pour minimiser l’usage des biopsies de prostate

Une nouvelle technique d’imagerie pour minimiser l’usage des biopsies de prostate
5 (100%) 1 vote

Lorsqu’un homme est atteint d’un cancer de la prostate, les taux de PSA (l’antigène prostatique spécifique) augmentent dans son sang. Des taux de PSA élevés peuvent donc révéler la présence d’un cancer. Toutefois, les affections non cancéreuses comme l’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) sont aussi susceptibles d’entraîner une élévation des taux de PSA.

Par ailleurs, les taux de PSA varient naturellement d’un homme à l’autre, et certains hommes présentent des valeurs anormalement élevées, même lorsque leur prostate indemne de cancer.

Ce marqueur n’est donc pas un indicateur fiable de présence d’un cancer, une biopsie de la prostate étant le plus souvent prescrite pour confirmer un diagnostic de cancer de la prostate. Ces biopsies présentent certains risques :

  • Risques d’infection,
  • Il est théoriquement possible que la Biopsie n’identifie pas le cancer chez un patient atteint de la maladie
  • Elles peuvent aussi identifier un cancer non agressif, peu susceptible de se propager et qui pourrait entrainer des traitements inutiles.

 

En 2017, une étude  britanniques a confirmé que l’imagerie par résonance magnétique multiparamétrique (IRM MP), permet de sélectionner chez les patients affichant des taux de PSA anormaux, ceux chez lesquels on peut éviter une biopsie de prostate inutile.

Une imagerie IRM standard permet d’étudier le contenu des organes du corps. L’IRM MP utilise une technologie innovante capable de distinguer avec une résolution beaucoup plus grande les cellules cancéreuses des cellules non-cancéreuse.

Un radiologue expérimenté peut l’utiliser non seulement pour détecter des cancers que l’IRM standard pourrait méconnaître , mais aussi pour déterminer à quelle rapidité ces cancers sont susceptibles de se propager.

Les images de l’IRM MP pourraient donc permettre aux patients atteints de cancers à faible risque d’éviter une biopsie, tout en s’assurant que les cancers plus agressifs seront bien détectés.

Dans cette étude, un total de 576 participants avec des taux élevés de PSA ont subi une IRM MP de la prostate, suivie de deux types différents de biopsies :

  1. Une biopsie standard écho guidée qui prélève 12 échantillons de la prostate,
  2. Et une seconde biopsie plus invasive, à saturation, prélevant 32 échantillons

 

L’ IRM MP a pu correctement identifier des tumeurs cancéreuses chez les hommes qui avaient bien été diagnostiqué avec un cancer de la prostate dans 89% des cas et n’a pas manqué une seule tumeur de risque Intermédiaire/Haut risque (les tumeurs les plus évolutives ).

Si l’IRM MP avait été un critère d’indication d’une biopsie de prostate, elle aurait permis à 158 des 576 hommes (27%) d’éviter la biopsie.

Les résultats de l’étude confirment que l’IRM MP est un outil capable de localiser de façon fiable les tumeurs de la prostate chez les hommes avec un taux de PSA suspect. Il faut noter que l’interprétation correcte de l’IRM MP nécessité que le radiologue soit entrainé à sa lecture.

 

Bibliographie :

Ahmed HU, Bosaily AE, Brown LC, et al. Diagnostic Accuracy of Multi-Parametric MRI and TRUS Biopsy in Prostate Cancer

(PROMIS): A Paired Validating Confirmatory Study. Lancet 2017;389(10071):815–22. PMID: 28110982.

Docteur André-Philippe DAVODY, chirurgien urologue.

Le Dr André Philippe Davody est Chirurgien Urologue, inscrit depuis 1984 au tableau de l’Ordre des Médecins de la ville de Paris, spécialiste en chirurgie générale, en chirurgie urologique ainsi qu’en chirurgie robotique (Da Vinci). Il est également depuis 1999 expert près la Cour Administrative d’Appel de Paris. Depuis 2018, il est agréé par la Cour de Cassation et inscrit sur la liste Nationale des experts.