4/5 - (3 votes)

L’activité sexuelle fait partie intégrante de la qualité de vie et du bien-être des personnes, y compris celles qui souffrent de maladie du cœur. Pourtant, de nombreux patients et partenaires s’interrogent sur des questions de sécurité, de fréquence, de précautions spécifiques ou des effets de la sexualité sur leur état de santé. Voici quelques informations et conseils pour vivre une sexualité épanouie et sans risque lorsque vous avez une maladie cardiaque.

 

Quels sont les effets de l’activité sexuelle sur le cœur ?

infarctus myocarde

L’activité sexuelle peut être assimilée à une activité physique qui augmente la fréquence cardiaque, la pression artérielle et la consommation d’oxygène du cœur. Selon le niveau d’intensité, l’activité sexuelle est comparable à une marche un peu rapide ou à la montée d’un escalier de quelques marches. Le risque de complications cardiaques pendant ou après les rapports sexuels est donc très faible pour la plupart des patients touchés par une maladie cardiaque, à condition qu’ils soient stables et bien traités.

Il existe cependant quelques situations où l’activité sexuelle peut nécessiter le feu vert d’un médecin ou une évaluation préalable. C’est notamment le cas si :

  • vous avez subi un infarctus du myocarde, une chirurgie cardiaque ou une angioplastie coronarienne il y a moins de 6 semaines ;
  • vous présentez des symptômes d’angine de poitrine (douleur ou oppression thoracique) au repos ou pendant un effort léger ;
  • vous êtes porteur d’une insuffisance cardiaque sévère qui limite vos activités quotidiennes ;
  • vous présentez des troubles du rythme cardiaque non contrôlés ou potentiellement dangereux ;
  • vous souffrez de cardiopathie congénitale complexe ou non corrigée ;
  • vous être porteur d’une valvulopathie sévère qui nécessite une chirurgie.

Dans ces situations, il est important de consulter un médecin avant de reprendre ou d’initier une activité sexuelle qui pourra, s’il le juge nécessaire, vous faire passer des tests d’effort ou prescrire un traitement adapté.

 

Quels sont les facteurs qui peuvent affecter la sexualité des malades cardiaques ?

La vie sexuelle n’est pas qu’une histoire de capacité physique, mais aussi une question psychologique et relationnelle. Ainsi, plusieurs facteurs sont capables d’influencer la libido, le désir, l’excitation, l’orgasme et la satisfaction sexuelle des patients atteints d’une pathologie cardiaque.

Il peut s’agir de :

  • la peur d’avoir un malaise cardiaque pendant les rapports sexuels, entraînant potentiellement du stress, de l’anxiété et un évitement ;
  • certains effets secondaires induits par des traitements médicaux comme les bêtabloquants, qui peuvent réduire la fréquence cardiaque, la pression artérielle ou le flux sanguin vers les organes génitaux et provoquer des troubles de la fonction érectile chez l’homme ou de la lubrification chez la femme ;
  • changements de l’apparence physique induits par la maladie ou ses traitements, comme une prise de poids, une cicatrice, un dispositif implanté, une sonde, etc. qui peuvent altérer l’estime de soi et l’image de son corps ;
  • problèmes relationnelles avec son ou sa partenaire, peut être liés à un manque de communication, à un déséquilibre des rôles, à une perte d’intimité ou à un conflit ;
  • problèmes psychologiques associés à la maladie, comme un isolement, une dépression, un sentiment de culpabilité ou un manque de soutien.

Ces éléments peuvent générer de la frustration ou un conflit au sein du couple. Il est donc essentiel de pouvoir les évoquer avec son médecin ou son psychologue qui pourront vous apporter un accompagnement adapté et vous orienter vers des ressources personnalisées pour vous aider à y faire face.

 

Conseils pour améliorer la sexualité des patients atteints de maladie cardiaque

Conseils pour améliorer la sexualité des patients atteints de maladie cardiaque

Aucune règle universelle n’existe pour garantir à tous les coups une sexualité épanouie et satisfaisante lorsque l’on est touché par une maladie du cœur. Chaque individu et chaque couple est unique et doit trouver ce qui lui convient le mieux.

Mais il existe quelques conseils généraux qui peuvent cependant vous aider :

  • Choisissez des moments où vous vous sentez reposé, détendu et en confiance. Évitez dans la mesure du possible les repas copieux, le tabac et l’alcool avant l’activité sexuelle, qui peuvent impacter les performances et le plaisir.
  • Privilégiez des positions confortables qui ne sollicitent pas trop votre cœur et vos muscles. Vous pouvez utiliser des coussins ou oreillers pour vous soutenir. Laissez votre partenaire prendre l’initiative ou le contrôle si vous vous sentez essoufflé ou fatigué.
  • Soyez attentif aux signes de votre cœur et de votre corps : si vous ressentez des symptômes d’angine de poitrine, arrêtez-vous et prenez votre traitement. Si les signes persistent ou évoluent, appelez les secours.
  • Communiquez avec votre partenaire honnêtement et de manière ouverte. Sentez-vous libre d’exprimer vos envies, vos besoins, vos limites et vos craintes. Écoutez ceux de votre partenaire et respectez-les également. Vous pouvez explorer d’autres formes d’intimité, comme les baisers, les caresses, les massages…
  • Consultez votre médecin si vous constatez des troubles sexuels (dysfonction érectile, troubles de l’orgasme, etc.). Il pourra vous proposer des solutions adaptées. Ne prenez jamais de médicaments pour la dysfonction érectile sans avis médical, car ils peuvent interagir avec vos traitements pour le cœur et entraîner des effets indésirables graves.

 

L’activité sexuelle est donc tout à fait possible chez les patients atteints de maladie du cœur. Elle peut être pratiquée en toute sécurité et avec plaisir si l’on respecte quelques précautions. Il est important de ne pas se laisser envahir par la peur, la honte ou le découragement, mais de chercher au contraire l’aide et le soutien en cas de difficulté.