5/5 - (2 votes)

La maladie de Lapeyronie, caractérisée par la formation de plaques fibreuses dans le pénis, peut entraîner douleur, courbure anormale et dysfonction érectile. Les avancées dans le traitement de cette affection sont donc d’une importance capitale pour la qualité de vie des patients. Le PRP semble tirer son épingle du jeu.

 

Qu’est-ce que le PRP ?

injection prp

Le Plasma Riche en Plaquettes (PRP) est une forme de thérapie régénérative qui utilise le sang du patient pour favoriser la guérison des tissus endommagés. Le PRP est concentré en plaquettes, qui sont des cellules sanguines jouant un rôle clé dans la réparation et la régénération des tissus.

 

Études récentes du PRP dans la maladie de Lapeyronie

Une étude récente a analysé l’efficacité des injections de PRP dans le traitement de la maladie de Lapeyronie. Cette recherche a été conduite par plusieurs équipes françaises, notamment celle de l’hôpital Henri Mondor à Créteil en collaboration avec l’équipe du Dr Antoine Faix à Montpellier, un spécialiste reconnu de cette maladie.

Dans le cadre de cette étude, plus d’une quinzaine de patients souffrant de la maladie de Lapeyronie ont reçu des injections de PRP à 15 jours d’intervalle, pour un total de 3 injections successives. Les résultats montrent une amélioration dans tous les domaines évalués par le questionnaire PDQ, un outil standardisé pour apprécier l’état des patients atteints de cette maladie. Les améliorations concernent la qualité des érections, le ressenti des patients et l’intensité de la courbure du pénis.

Une autre étude confirme l’efficacité et l’intérêt de l’utilisation du PRP dans la maladie de Lapeyronie. Bien qu’il s’agisse encore de recherches préliminaires, cette étude emploie une technique différente de reconstitution du PRP par rapport à celle mentionnée précédemment. L’absence de risque lié à l’utilisation du PRP est à souligner. Par ailleurs, cette recherche apporte une preuve supplémentaire de la reproductibilité de l’efficacité du PRP, indépendamment de la personne ou de l’équipe qui réalise le traitement. Les études proviennent de diverses équipes et confirment systématiquement l’efficacité du PRP dans le traitement des symptômes de la maladie de Lapeyronie.

Nous attendons donc avec impatience les résultats d’études plus vastes, qui compareront le PRP à un placebo, afin de confirmer définitivement et de manière scientifiquement rigoureuse l’efficacité de ce traitement.

 

Analyse comparative avec le Xiapex

Injection Xiapex

Suite à l’arrêt de la commercialisation du Xiapex, les injections de PRP sont devenues une alternative de plus en plus utilisée pour traiter la maladie de Lapeyronie. Depuis la première publication sur le sujet par le Pr Ronald Virag, andrologue à Paris, en 2017, cette méthode a été adoptée dans plusieurs centres à partir de 2019. Les données de 100 patients traités depuis 2019 ont été compilées par des équipes françaises, notamment celles du Dr S. Beley, et un statisticien a analysé les changements de courbure observés.

Les résultats sont prometteurs : alors que le Xiapex permettait une réduction de la courbure de 38 % selon l’étude IMPRESS, la nouvelle étude monocentrique a montré une amélioration de 46 % chez les patients traités par PRP. Ces résultats ont été obtenus dans des conditions différentes de celles de l’étude IMPRESS, où le Xiapex était administré en 6 injections successives sous anesthésie locale.

Les résultats se basent sur une injection de PRP réalisée au bloc opératoire sous anesthésie générale, suivie d’un modelage pendant 10 minutes et d’une fragmentation de la plaque. Cette première injection était suivie d’injections sous anesthésie locale tous les 15 jours, sans l’utilisation d’une pompe pour éviter le déplacement du PRP.

Bien que les données soient encore en cours de révision et que le nombre de patients soit inférieur à celui de l’étude IMPRESS (environ 800 patients), les résultats actuels suggèrent que le PRP est au moins aussi efficace que le Xiapex. Le PRP, étant un traitement autologue, ne présente pas de risque de réaction allergique et n’a causé aucune aggravation de la déformation. De plus, ce traitement est nettement moins onéreux que le Xiapex, qui coûtait environ 950 euros par injection, et il peut être répété sans risque de retrait du marché.

 

Avantages du PRP et perspectives futures

Le PRP offre de multiples avantages dans le traitement de la maladie de Lapeyronie, notamment sa capacité à favoriser la régénération des tissus sans les risques associés aux traitements traditionnels. Le PRP, étant dérivé du propre sang du patient, réduit considérablement le risque de réactions allergiques et d’effets secondaires. De plus, son coût est inférieur à celui des alternatives comme le Xiapex, et il peut être administré plusieurs fois, augmentant ainsi les chances de succès thérapeutique.

Ces caractéristiques font du PRP une option de traitement innovante et accessible, avec un potentiel significatif pour améliorer la qualité de vie des patients atteints de la maladie de Lapeyronie.