3.1/5 - (16 votes)

La vasectomie, nouveau facteur de risque du cancer de la prostate ?

La vasectomie est une méthode de stérilisation pour l’homme qui connaît un intérêt grandissant depuis plusieurs années. Mais cette technique constitue-t-elle un risque de développer un cancer de la prostate ? Des scientifiques se sont penchés sur la question au cours d’études de grande ampleur réalisées sur un large panel d’hommes, avec des résultats mitigés.

 

Vasectomie et risque du cancer de la prostate

La vasectomie est une technique de contraception masculine de plus en plus sollicitée par les patients à travers le monde. Différentes études se sont déjà penchées sur la question pour tenter d’établir un lien entre vasectomie et cancer de la prostate, mais les résultats s’opposent et il est donc compliqué aujourd’hui d’avoir une réponse formelle sur la question.

On rappelle que le cancer de la prostate représente le premier cancer masculin, avec plus de 50 000 nouveaux patients diagnostiqués chaque année dans l’hexagone.

vasectomie et cancer de la prostate

 

Corrélation entre vasectomie et cancer de la prostate

Une équipe de scientifiques américains ont réalisé un suivi de 49 405 patients âgés de 40 à 75 ans en 1986, sans antécédents de cancer, sur une période de 24 ans jusqu’en 2010. Des questionnaires concernant leur état de santé et leur mode de vie étaient réalisés deux fois par an.

Parmi tous les participants, 6 023 ont été diagnostiqués d’un cancer de la prostate durant l’étude. 732 d’entre eux étaient atteints d’un cancer de prostate de stade avancé, et 811 d’une tumeur létale. 25 % des participants ont bénéficié d’une vasectomie avant le début de l’essai ou pendant. Ces derniers étaient principalement des patients d’origine caucasienne, consommateurs d’alcool et de compléments alimentaires.

L’étude montre une augmentation du risque de cancer de la prostate après une vasectomie (augmentation de 10 % du risque en moyenne, de 19 % pour les cancers de stade avancés, et de plus de 20 % pour les tumeurs létales). Elle ne conclut en revanche pas à une augmentation du risque de cancer de prostate peu avancé et non métastatique.

L’âge des patients au moment de la vasectomie et le temps écoulé entre vasectomie et diagnostic du cancer de la prostate ne semblent pas avoir eu un impact sur le lien entre vasectomie et cancer de la prostate.

Des dosages des hormones masculines ont été réalisés, ainsi qu’une évaluation des IST (infection sexuellement transmissible), pouvant potentiellement interférer avec ces résultats (comme cela a pu être le cas au cours d’autres essais cliniques). Cette évaluation du taux d’hormones a été réalisée sur 663 hommes (opérés ou non d’une vasectomie), avec des taux semblables pour la totalité du groupe. Les chercheurs en déduisent que la vasectomie n’affecte donc pas le taux d’hormones sexuelles, capables de jouer un rôle dans le risque de cancer. Pour les IST, notamment Papillomavirus, Chlamydia, Herpès, Trichomonas gaginalis, les 693 patients testés (dont 185 opérés d’une vasectomie) montraient une incidence similaire avec ou sans la vasectomie.

risque cancer prostate suite vasectomie

 

Lien entre PSA (marqueur sanguin du cancer de la prostate) et vasectomie

Les chercheurs ont donc mis en évidence un risque accru de cancer de la prostate de stade avancé après une vasectomie.

Ils ont réalisé des dosages réguliers du PSA (le marqueur sanguin du cancer de la prostate) chez 13 901 hommes participants à l’étude, dont 27 % opérés d’une vasectomie. Ils ont pu observer que sur les 1 665 hommes ayant développé une tumeur prostatique, 179 étaient atteints d’un stade de cancer de la prostate avancé, et 127 étaient mortelles. Dans ce sous-groupe, le risque de cancer fatal était augmenté de 56 % avec la vasectomie.

Les hommes ayant bénéficié d’une vasectomie sont généralement suivis plus régulièrement avec des dosages du PSA plus fréquents, et présentent un taux de PSA plus faible que les autres au moment du diagnostic de cancer de la prostate avancé. Ces faibles taux de PSA conduisent à une découverte plus tardive de la tumeur après une vasectomie, et donc à la réalisation du diagnostic à un stade déjà avancé.

 

Vasectomie et cancer de la prostate : pas de facteur de risque ?

 

lien entre vasectomie et cancer de la prostate

Selon une autre étude publiée dans le Journal of Clinical Oncology ayant porté sur les données de l’Enquête Prospective Européenne sur le Cancer et la Nutrition (EPIC) pour 84 753 patients suivis pendant en moyenne 15,4 ans, la vasectomie n’aurait pas d’impact sur le risque de cancer de la prostate et n’augmenterait pas les chances de tumeur prostatique de haut grade.

15 % des participants ont été opérés d’une vasectomie. L’âge moyen des patients était de 53 ans, et ils s’agissaient d’hommes susceptibles d’être moins actifs physiquement, et avec un niveau d’études plus élevé. 4 377 hommes ont été diagnostiqués d’un cancer de la prostate au sein des deux groupes.

Les biais pouvant constituer des facteurs de risque ont été éliminés (IMC, consommation de  tabac et cancer de la prostate, intoxication éthylique, niveau d’activité physique…). Une fois ces biais mis de côté, aucun lien significatif n’a été établi entre cancer de la prostate et vasectomie, peu importe le stade de la maladie et le taux de décès, mais une association à un niveau faible a pu être retrouvée. Les scientifiques expliquent que ce faible lien peut être lié aux dosages du PSA plus fréquents, mais ne constituent pas, selon eux, une association assez forte pour affirmer que la vasectomie augmente le risque de cancer de la prostate.

Des investigations supplémentaires sont nécessaires pour comprendre les enjeux physiologiques impliqués dans la faible augmentation du risque de tumeur prostatique chez ces hommes opérés d’une vasectomie. Mais le risque étant assez faible, il ne constitue pas une entrave à la réalisation de cette méthode de stérilisation aujourd’hui, selon les chercheurs.